Principales caractéristiques

  • Les Hautes Fagnes constituent sans aucun doute un des paysages les plus originaux des Ardennes et de l’Eifel.
     
  • Le climat rigoureux de cette région, avec ses fortes précipitations, ses hivers longs et froids et une température moyenne basse (6,1°) a permis le maintien de nombreuses espèces végétales, boréo - montagnardes et atlantiques très rares.
     
  • Le paysage fagnard d’aujourd’hui c’est formé en grande partie sous l’influence de l’homme.
     
  • Les anciennes pratiques agro-pastorales, comme le pâturage, l’essartage, la récolte du foin et l’exploitation de la tourbe ont entraîné la formation de milieux ouverts.
     
  • Jusqu’au Moyen - Age par contre, les Hautes Fagnes étaient encore couvertes à 90% de forêts feuillues
     
  • A partir de 1840 environ (à l’époque prussienne), d’importantes surfaces de landes ont été replantées avec des épicéas.
     
  • Cela a fait régresser fortement la superficie des tourbières, qui étaient jadis les seules zones non boisées, parce que l’eau y affleurait, favorisant la création d’une couche de tourbe pouvant atteindre une hauteur de plusieurs mètres. C’est le seul biotope naturel qui ait subsisté jusqu’à nos jours. Son maintien nécessite d’importantes mesures de protection.
     
  • Afin de conserver la flore et la faune des Hautes- Fagnes, une superficie de 4.500 ha a été classée en réserve naturelle (dès 1957). Cette réserve s’est vue décerner, depuis 1966, le diplôme européen pour la sauvegarde de la nature.

La forêt

La forêt originelle -hêtraie et chênaie à bouleaux - a été détruite au cours des siècles, par le feu, les coupes abusives, le pâturage et la mise en culture. L’épicéa a été introduit récemment et fournit du bois de qualité aux scieries, papeteries et usines de panneaux. Vingt scieries locales débitent un demi-million de m3 par an.

Epicéa et autres résineux, couvrent 90% de l’étendue boisée des Hautes Fagnes. Le hêtre et les autres feuillus occupent le reste. La tendance actuelle est de favoriser le feuillu et la gestion écologique des peuplements en pratiquant de fortes éclaircies, propices à la faune et à la flore, ainsi qu’ à la restauration du sol.

La faune

La grande faune sauvage (cerf, chevreuil sanglier) est représentée dans toute la région. Les populations sont évaluées à 1.200 cerfs, près du double de chevreuils et un millier de sangliers.

D’autres animaux protégés tels que le tétras lyre, la martre et le chat sauvage sont également présents de même que de nombreux oiseaux et insectes spécifiques

La flore

On trouve des espèces rares colonisant les tourbières et les zones humides, telles la narthécie, les linaigrettes, la bruyère quaternée, l’andromède, la trientale d’Europe, la canneberge ...

L'eau

Tous les cours d’eau de la région prennent naissance dans les Hautes Fagnes. Leur débit est torrentiel et régulé par cinq barrages alimentant plus d’ un million d’habitants en eau potable.