Circuits voitures et moto

Les trois routes touristiques sont des fleurons de la région, on les parcourt en voiture ou à moto. Il s’agit de trois circuits en boucles, aussi peut-on les commencer où l’on veut. Des panneaux hexagonaux balisent les itinéraires. A voir en Belgique absolument !

Nature, culture et détene: Les Cantons de l'Est!


Route des châteaux, Routes Fagnes et Lacs, Route de la vallée de l’Our - trois routes, trois thèmes, une seule destination: Chaque route s’articule autour d’un thème spécifique, qui réjouira les amoureux de la faune et de la flore, des lacs et des rivières ou encore des châteaux médiévaux et des vieux manoirs romantiques. Toutes sont en outre ponctuées de petites églises au passionnant passé architectural et aux riches ornements, de petites chapelles solitaires, d’oratoires et de chemins de croix. Et en plus, parfois aussi un peu à l’écart des itinéraires, d’autres sites pittoresques et curiosités toujours mentionnées dans les descriptifs des routes.

Tout le monde trouve le chemin

Prendre du bon temps même si on n’a pas l’habitude de lire une carte. Dans un circuit, par définition, le départ et l’arrivée s’effectuent en un même point ; on peut donc entamer chaque route d’où on veut. Des panneaux hexagonaux arborent le logo de la route et vous aident à vous orienter. Le nom de la route est généralement inscrit en allemand sur les panneaux, puisque c’est la langue parlée dans une grande partie des Cantons de l’Est. Sur certains tronçons de route situés de l’autre côté de la frontière linguistique, dans les communes francophones, le nom de la route est alors indiqué en français. Le logo des routes demeure néanmoins toujours similaire. Il peut toutefois arriver qu’un panneau puisse disparaître ou soit moins visible, c’est pourquoi la carte est essentielle, plus encore que les panneaux. Le trajet est minutieusement indiqué sur la carte : il vous est pratiquement impossible de vous tromper ou de manquer une étape intéressante.

Petit détour, grande surprise

Toutes les curiosités ne se situent pas directement sur le parcours. Un court détour de quelques centaines de mètres, parfois de quelques kilomètres est parfois opportun. Des informations précises figurent dans la description du circuit. N’hésitez pas à quitter momentanément les routes principales pour vous engager sur de plus petites. C’est justement sur ces chemins de traverse plus paisibles que le charme sauvage des Cantons de l’Est se dévoile le mieux. Et maintenant, en route !

Trois routes, beaucoup de variété

Les trois routes permettent de découvrir les Cantons de l’Est dans toutes leurs facettes. Ensemble, elles couvrent le pays d’Eupen, les Hautes Fagnes, l’Eifel belge et les contreforts des Ardennes, les fleurons paysagers, culturels et culinaires de la région frontalière. Alors, n’hésitez pas à revenir, pour parcourir une autre route. Ou mieux encore : restez un peu plus longtemps sur place, pour profiter quelques jours des Cantons de l’Est et explorer les différentes routes. Bonne route – Gute Fahrt – Prettige rondreis !

 


Le Guide « Routes à travers les Cantons de l’Est »
 

Le nouveau catalogue de l’Agence du Tourisme de l’Est de la Belgique invite à la découverte de 3 beaux circuits. Cette nouvelle publication est disponible gratuitement. Chaque tour a ses propres particularités et son balisage ; ils s’articulent autour de trois thèmes ; l’un parcourt la région d’Eupen, le second les Hautes Fagnes et le troisième le territoire de l’Ardenne-Eifel.   


>> Commandez le catalogue gratuitement ici

 


Routes des Châteaux


Châtelains de Reuland, le gothique de l’Eifel et promptes diligences postales

La route des châteaux nous mène pratiquement aux portes d’Aixla- Chapelle. Comme la route de la vallée de l’Our, dans le sud, ce circuit nous entraîne dans la région des trois frontières. La route de 79 kilomètres, signalisée dans le sens des aiguilles d’une montre, est symbolisée par les trois bornes frontalières et les panneaux de signalisation indiquent son nom allemand (Burgenroute) ou français (Route des Châteaux), selon la région linguistique où ils se trouvent. Certains ne présentent que son symbole, sans aucun texte.

Quatre communes fusionnées, un pont de chemin de fer spectaculaire, des chapelles, des vues panoramiques sur de magnifiques paysages, mais surtout deux douzaines de châteaux, forteresses et manoirs ponctuent la route, à gauche ou à droite de la Gueule. Des monuments commémorant la Première guerre mondiale et un cimetière militaire rappellent que la paix n’a pas toujours régné dans la région. Mais cette époque est révolue ! Les châteaux ne remplissent plus de fonction défensive depuis longtemps. Les donjons d’habitation à l’air martial, seulement ajourés de meurtrières sont devenus dès le 17ème et le 18ème siècles des châteaux confortables et lumineux.

Toujours un détour surprenant

Actuellement, ces bâtisses historiques sont utilisées à différentes fins. Certaines sont habitées, d’autres sont transformées en musées ou en centres pour jeunes. L’importante concentration de forteresses reste toutefois une richesse culturelle qui attire les visiteurs de toute la région des trois frontières. De nombreux manoirs sont des propriétés privées et ne se laissent admirer que de l’extérieur. Mais la vue féérique des tours, des oriels et des douves vaut le déplacement à elle seule.

Oui, la route des châteaux est synonyme de surprenantes découvertes, parfois à quelque distance. Un petit détour de quelques centaines de mètres, ou parfois aussi de quelques kilomètres, permet souvent de découvrir un nouveau chef-d’oeuvre architectural. Dans ce cas, un coup d’oeil à la description du circuit et aux cartes permet de retrouver facilement la route ensuite, et de la poursuivre.

 


Route la Vallée de l'Our


Dans le sud profond, là où coule une rivière

La route de la vallée de l’Our, signalisée dans le sens des aiguilles d’une montre, fait environ 100 kilomètres et mène d’abord au coeur de l’Eifel belge, puis dans une vallée intacte de la rivière, vers le sud des Cantons de l’Est. La nuit, les forêts étendues qui bordent la route sont le terrain de jeu des renards et des lièvres. Les méandres et les virages modèrent le tempo de la balade : détendez-vous et levez le pied de l’accélérateur.

Des villages animés et des fermes pittoresques enjoignent à explorer, et c’est une invitation qui ne se refuse pas. À certains endroits de la rive, l’Allemagne n’est qu’à un jet de pierres, juste de l’autre côté de l’Our qui clapote. Tout au sud, la route passe la frontière du Grand-Duché de Luxembourg sur quelques kilomètres. La transition est aussi fluide que l’Our, dont le cours ne se laisse pas arrêter par les frontières territoriales, tout comme les habitants de la région des trois frontières, dans les Cantons de l’Est.

Ici, la vie est déterminée davantage par les contacts avec les voisins que par la frontière, même si celle-ci se manifeste encore, par la présence du château médiéval de Burg-Reuland, qui la fermait dans le passé, par exemple. Ce n’est pas un hasard si le centre culturel de conférence et d’exposition de Saint-Vith, la plus grande ville de la route de la vallée de l’Our, s’appelle le Triangle, un nom qui en dit long.

Alternative : Raccourci de l’itinéraire

Il est possible de raccourcir la route en la scindant entre Setz et Saint-Vith en une boucle nord et une boucle sud. Saint-Vith est le point de départ idéal, tant pour le circuit complet que pour une seule boucle.

 


Route Fagnes et Lacs 


La nature en format plein écran

Avec ses 150 kilomètres, la route Fagnes et Lacs est le plus long des trois circuits, qui peut cependant se parcourir sans stress en une journée. La route débute à Malmedy, ville francophone très animée qui vient récemment de rénover son joli centre. Au nord de la cité s’étend l’immensité des Hautes Fagnes, avec ses tourbières, ses mares sombres, ses sphaignes, ses quelques épars bois de bouleaux.

Quelques kilomètres plus loin, nous passons la frontière linguistique et arrivons au sud-est d’Eupen, le siège de la Communauté germanophone de Belgique, où ce biotope unique s’appelle „Hohes Venn“. Mais peu importe de quel côté de la frontière linguistique l’on se trouve : partout se déroule jusqu’à l’horizon un tapis de molinies, de joncs épars et de bruyères pourpres. Nulle part ailleurs dans les Cantons de l’Est cette sublime étendue ne peut s’admirer aussi bien que sur le magnifique haut-plateau des Hautes Fagnes. Mais ce n’est pas seulement un plateau : avec ses 694 mètres, le Signal de Botrange, à mi-chemin entre Malmedy et Eupen, n’est pas seulement le point culminant des Hautes Fagnes, mais aussi le sommet le plus élevé du pays. Une fois que nous l’avons dépassé, nous franchissons la frontière pour aller rendre visite à notre voisin de l’est, l’Allemagne, au niveau de Kalterherberg.

Plus au sud, des lacs de retenue comme ceux de Robertville ou Bütgenbach invitent à la détente, au bord de l’eau. Nous pourrons y revenir après le circuit pour nager, faire du canoë ou tout simplement nous relaxer. Encore quelques détours, quelques villages à l‘écart, et nous franchissons à nouveau la frontière linguistique. Nous voici bientôt de retour à Malmedy.

Une dernière petite chose, avant de partir – vous pouvez parcourir l'itinéraire en deux étapes 

Entre Sourbrodt et Mont, vous pouvez scinder le parcours en deux étapes de même longueur environ : une boucle nord et une boucle sud.

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement les informations sur :

Des idées de séjour dans les Cantons de l’Est

Des offres et voyages forfaitaires

L’agenda des événements de la région